Mon voyage vers la liberté financière

Catégorie : Projet (Page 1 of 3)

Mon plan vers la liberté financière : premier bilan

Après nos derniers achats, il est temps de faire un bilan de mon plan vers la liberté financière.

Quels étaient mes objectifs ?

En septembre 2021, j’avais pour objectif d’atteindre la liberté financière pour ne plus être obligée de travailler. Niveau chiffre, je compte atteindre 10 000 € de revenus mensuels. En premier lieu, j’ai commencé par l’immobilier et j’ai aussi prévu d’autres sources de revenus.

Comment j’ai prévu de parvenir à la liberté financière ?

Les autres sources de revenus que j’ai trouvé pour ne plus échanger mon temps contre de l’argent sont les suivantes :

  • Investir mon argent :
    • sur des plateformes de crowdlending : ce sont des plateformes qui permettent de prêter de l’argent à des sociétés contre intérêts (cela peut aller jusqu’à 14% par an !)
    • sur des fonds indiciels.
  • Avoir une activité professionnelle où ma rémunération dépend de mes résultats et non du temps que j’y consacre :
    • je me suis donc formée au métier de courtage en regroupement de crédits. Mon mandat peut s’élever jusqu’à 5% des montants empruntés.
    • je viens de commencer une formation sur la vente (plus précisément le closing). Les commissions sont déjà plus intéressantes autour de 10%.

Mon premier bilan

J’ai tout simplement diviser mon objectif de 10 000 € mensuel. J’ai donc calculé qu’il le faudrait augmenter mes revenus mensuels de 3 300 € chaque année pendant 3 ans.

Investissements immobiliers

A la fin du mois, j’aurais acquis deux nouveaux biens immobiliers pour un montant de loyer actuel de 2 400 € supplémentaires. Bien entendu, il faut retirer les divers frais et impôts.

Au final, je devrai pouvoir conserver environ 1 000 € avec le jeu du différé que j’ai pu obtenir dans mon prêt immobilier.

Investissements financiers

J’ai déjà investit 1 700 € sur deux plateformes de crowlending en PtoP. Je vous ferais un article sur les deux plateformes que j’utilise. Ce placement devrait me rapporter environ 17 € par mois si je retirai mes intérêts chaque mois. Je sais que cela peut paraitre dérisoire. Croyez moi, sur la durée, entre les sommes réinvesties tous les mois et les intérêts composés, il est réellement possible de se créer un revenus passif conséquent.

D’après mes simulations, en investissant 500 € mensuels sur 3 ans, avec une moyenne de 12% d’intérêts annuels, il est possible de générer 4 200 € par an d’intérêt ! Sans rien faire et tout en ayant cumulé 18 000 € de capital !

Activités professionnelles rémunérées aux résultats

Je dois avouer que de ce côté là, tout n’avance pas comme je le voudrai. Mon activité de courtage est un peu au point mort. A dire vrai, j’ai eu quelques clients mais cela n’a pas abouti. Soit parce que ces derniers n’étaient pas finançables par mes partenaires bancaires, soit parce qu’ils se sont laissé distraire par la vie quotidienne et éprouvaient des difficultés à se décider.

Conclusion

La route vers la liberté financière est loin d'être droite mais quelle aventure fantastique !
La route n’est jamais en ligne droite mais quelle aventure fantastique !

En conclusion, je suis sur la bonne voie. D’autant plus que toutes mes stratégies ne sont pas cloisonnées. Ce que je gagne en immobilier peut être investit en crowdlending pour maximiser mes rentabilités. De plus, je pense optimiser nos achats immobiliers : division, révision des loyers, location courte durée, etc…

Les opportunités ne manquent pas !

Et vous, quel est votre plan vers la liberté financière ?

2022 : Saisir les opportunités immobilières – Saisir sa chance !

Mea Culpa, mon dernier article date de plusieurs mois. J’en suis désolée! Il s’est passé tellement de choses entre temps que je vais pouvoir rattraper mon retard. D’abord nous avons eu la chance de saisir deux opportunités immobilières!

Ma danse de la victoire quand la courtière m'appelle pour me dire qu'elle a trouvé une banque qui nous suis!
ça c’est moi quand j’ai compris qu’on avait nos 2 prêts !

Comment ?

Je n’ai pas trop réfléchis au comment. L’équation était simple : hors de question de laisser passer une bonne affaire. En fait, pendant que ma courtière (un grand merci à toi Priscillia !) recherchait un prêt pour l’immeuble mixte donc je vous ai parlé ici, j’ai été contacté par un ami multi-propriétaire qui voulait vendre un lot de sa dernière acquisition. Et la bingo, j’ai vue le prix de la maison, je connaissais le secteur, il FALLAIT que je signe !

Pourquoi ?

Parce que je croyais en mes deux projets. Je vous décris rapidement le second projet.

Maison de ville sans extérieur mais avec 2 places de stationnements extérieurs. Elle possède une surface de 100 m² sur 3 niveaux avec de très beaux volumes. Le petit plus : un DPE classé en D avec une chaudière au gaz. Et la cerise sur le gâteau : la maison se compose de plusieurs lots, et avec les places de parking, je pense même pouvoir faire une division sans trop d’effort ! Mais pour le moment, elle est louée en meublé à 600 € par mois.

A combien ?

Voici le nerf de la guerre ! L’opération totale, frais de notaire inclus, s’élevait à 70 000 € soit 700 € du m² quand le prix actuel du marché est à 1000 € du m². Donc autant dire que la plus-value, je la faisais dès la signature. Et avec le loyer actuel, j’avais une rentabilité brute correcte sans trop d’effort autour de 10%.

J’étais remontée à bloc pour trouver un prêt surtout que mon tour des banques pour le projet de l’immeuble était un peu au point mort.

Alors au final comment j’ai fait pour ne pas laisser passer ces deux opportunités immobilières ?

J’ai repris le fichier excel que j’avais mis en place pour faire le suivi de ma recherche de prêts pour l’immeuble mixte et j’ai de nouveau rappeler les banques qui pouvaient être disposée à me prêter ces 70K.

Bien évidement, beaucoup m’ont dit non. Puis j’ai fini par connaître les points bloquants de notre dossier (notamment ce fameux ratio salaire/loyer donc je vous parlais ici). A chaque fois que je présentais mon projet, j’allais directement à l’essentiel en demandant si ce fameux ratio ou encore la localisation du bien pourraient être un point noir pour l’organisme de caution. Et c’est finalement, la remplaçante d’un banquier que j’avais contacté il y a presque un an qui a cru en ce projet.

Mais et le premier immeuble ?

Pour notre immeuble mixte, ce sont les talents de ma courtière qui ont tout changé et aussi mon dossier de projet locatif. C’est simple, la banque a validé tout ce que j’y ai mis : apport, différé et même les travaux que je n’avais pas prévu de faire financer ! Par contre, il a fallut être TRES TRES TRES patiente. En clair, à l’heure où j’écris cet article j’attends encore l’édition de l’offre de prêt. Heureusement que nous achetons en SCI et que par conséquent il n’y aura pas de délai de rétractation lors de l’acceptation du contrat de prêt. Nous attendons donc le retour du service crédit pour l’édition.

Conclusion

Ne jamais rien lâcher et surtout ne pas trop se projeter sur un résultat incertain. Je m’explique, si en janvier on m’avait dit que je signerai 2 compromis et que j’arriverai à faire financer les deux projets sans jamais réellement mentir aux banques, je n’y aurais tout simplement pas cru!

Au contraire, j’ai pris les choses au fur et à mesure qu’elles se mettaient en place et je me demandais à chaque étape ce que je voulais. Ensuite, je me concentrais sur comment l’obtenir. Je ne suis pas allée me rassurer en demandant autour de moi si cela était possible ou encore si d’autres l’avaient déjà fait. J’ai juste tracé ma route et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin ! Finalement, c’est surtout la volonté de ne pas laisser passer une belle opportunité qui m’a aidé à rester focus.

Et pour finir, j’aimerai remercier toutes les personnes qui de près ou de loin, m’ont permis de saisir ces opportunités !

Merci à toutes et à tous !
Et merci au destin pour ces opportunités immobilières !

2022 : Recherche de financement bancaire – une course de fond(s) !

Moi en train de démarcher les banques à la recherche de mon financement!
C’est exactement ça !

Toujours à la recherche d’un financement bancaire pour notre immeuble… Pour changer, je me suis remise au boulot. J’ai chaussé mes baskets et commencé à démarcher intensément les banques.

Pour le moment, j’ai l’impression de faire de démarchage téléphonique pour obtenir un rendez-vous de vente 🤣🤣🤣

Du coup, je me suis renseignée sur comment améliorer mon process. Je me suis tournée vers des livres de vente. Et oui, je me suis mise en quête de conseils pour mieux ME vendre et mieux vendre MON projet d’investissement.

La préparation psychologique

Pendant mes recherches, ce qui me perturbe le plus est la démotivation qui croit en même temps que je reçois des fins de non recevoir. Mon dernier article équivaut un peu au moment où j’ai touché le fond !

La première chose a été de trouver la parade pour en plus me laisser décourager. Je vous rassure c’est très simple comme concept. L’idée est la suivant : vous devez croire en votre idée/projet/produit au point que si le banquier/client vous dit non, vous devez penser que c’est lui qui a à perdre ! C’est dommage pour lui mais en aucun cas vous devez vous sentir rejeté ou commencer à douter de votre valeur. Je dois admettre que cette idée m’aide beaucoup aidé à rester positive malgré toutes les idées reçues que tentent de m’imposer les banquiers que j’ai rencontré. C’est EUX qui ont perdu une cliente qui aurait pu leur apporter gros, tant pis pour EUX!

Sourire au téléphone

Garder le sourire, même au téléphone, je vous assure que tout passe beaucoup mieux comme cela! J’ai même réussi à faire recalculer mon taux d’endettement par un commerciale qui apparemment confondait loyer et crédit ! J’ai aussi pu avoir un rendez-vous avec le directeur d’agence ou obtenir l’information que ce dernier avait une délégation au niveau de son établissement.

Un autre exemple, je suis restée en ligne pendant près de 30 min avec une conseillère qui me faisait une simulation pour notre second prochain achat (je ne vous en ai pas encore parlé, patience!). Elle devait sûrement être en télétravail et galérait un peu avec son logiciel. Du coup, nous avons discuté de tout et de rien en attendant qu’elle redémarre son PC. Du coup, j’ai pu faire passer l’acte en main et demander un prêt sans apport tout en faisant passer notre achat pour celui d’une résidence principale alors même que la maison est louée!!

Préparer son discours quand on cherche un financement bancaire

Avant de décrocher mon téléphone et de faire mon marathon téléphonique, je me suis posée et j’ai rédigé mon introduction. Comment aborder les conditions appliquées aux emprunt pour les SCI et être adressée au bon interlocuteur? J’ai réfléchi à comment obtenir l’information concernant la liberté de la banque à accepter des dossiers de financement bancaire sans avoir besoin de passer par le siège. Enfin, le dernier élément, la banque est-elle frileuse des projet « hors secteur ». L’objectif était d’obtenir un rendez-vous avec la bonne personne dans la bonne banque

J’ai fait en sorte que tout cet échange ne me prenne pas plus de 5 min, tout en étant agréable mais efficace !

Remarque : je dois avouer que pour le moment je n’ai pas encore trouver mon graal mais je persévère et surtout j’ai aussi fait appel aux services d’une courtière !

Conclusion

Pour tenir la route dans ma recherche de financement, voici mes 3 conseils :

  • Se préparer psychologiquement
  • Gardez le sourire
  • Préparer son discour

Et vous, comment faites vous pour garder le cap pendant cette course de fond éprouvante ?

2022 : Recherche de financement immobilier – un ascenseur émotionnel !

Comme vous le savez peut-être déjà, je suis à la recherche d’un financement pour notre second immeuble de rapport. Et là, je me prends une grosse claque ☹!

Un profil hors cadre

Vous êtes encore locataire ? ça ne va pas être possible… […]

Il semblerait que vos loyers soient trop important par rapport à vos revenus salariés… Nous ne pourrons pas vous suivre sur ce projet. […]

Nous ne finançons pas des biens hors secteur. […] Vous ne résidez pas sur notre secteur…

Une armée de conseillers caisse d’épargne, CIC et j’en passe

Autant dire que la plus part du temps je n’ai même pas le temps d’exposer mon projet. Depuis une vingtaine de jours que je suis à la recherche d’un prêt immobilier, j’ai déjà contacté 17 banques sans jamais avoir pu déposer mon dossier!

J’en viens à contacter les banques d’une même enseigne au cas où certaines auraient des fonctionnement un peu différent. En clair, je ne suis plus à la recherche d’un prêt mais d’abord d’un banquier à l’écoute qui aurait une vision de l’investissement immobilier proche de la mienne !

Des banques plus que frileuses

La tête du banquier quand je me présente ou que je parle de mon projet !
La tête du banquier quand je me présente !

Lorsque mon profil ne pose pas problème, les banques sont plus que prudentes 🥶! C’est presque contre productif. Elles demandent parfois jusqu’à 20% d’apport hors frais de notaire ! Sachant, qu’un bien rentable ne court pas les rues, comment utiliser l’effet de levier sans épuiser sa trésorerie ? De plus, j’ai déjà un bien en ma possession et je ne peux pas me défaire de la totalité de mon épargne de sécurité…

Il faut souligner que certains montages semblent donner à réflexion notamment ceux qui intègrent un nantissement. Dans l’idée, vous bloquez une somme d’argent sur un support pendant une durée donnée. Le but étant de garantir votre prêt en cas d’impayés. A la fin de cette période, vous pouvez récupérer votre mise en plus des intérêts.

Au delà de la prudence excessive des banques, j’ai parfois eu la sensation que la vision même d’un investissement immobilier immédiatement rentable n’était pas toujours comprise par les conseillers bancaires.

Une stratégie immobilière trop moderne ?

« Vous avez déjà un beau patrimoine à votre âge, vous devriez attendre 10 ans avant de ré-investir… […] Vous voulez être rentable trop vite ! […] Pourquoi en commencez-vous pas par acheter votre résidence principale ? »

Agent commercial, CIC dans le 77

Et j’ai beaucoup d’autres phrases de ce type en réserve !

Premièrement, je comprends cette stratégie, elle a fait ces preuves pour de nombreuses générations et fonctionne encore aujourd’hui. Mais j’ai tout simplement détesté que l’on essaie de me convaincre que c’est la SEULE façon de faire !

Ensuite, oui aujourd’hui on peut être rentable en achetant un bien dès la signature de l’acte authentique. Oui, on peut ne pas avoir envie d’attendre ses 50 ans avant de vraiment profiter de la vie ! Il existe d’autre façon d’investir dans l’immobilier et je n’aurais jamais la prétention d’imposer MA vision des choses à d’autres.

Pour conclure…

En conclusion, ce qui m’a le plus touchée dans l’expérience actuelle que je fais de la recherche de financement, c’est cette désagréable impression de plafond de verre…😪😪

Idée reçue n°1 : faut-il être riche pour faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine ?

J’ai récemment entendu dire que la gestion de patrimoine n’était utile qu’aux riches… FAUX ! Et j’aimerai vous en convaincre dans cet article.

Qu’est ce qu’un gestionnaire en patrimoine ?

Un Conseiller en Gestion de Patrimoine ou CGP est un professionnel capable de vous conseiller et de vous aider afin de protéger et de faire grandir votre patrimoine. Il peut vous accompagner sur un plan juridique mais surtout économique.

Il faut avoir beaucoup d’argent pour faire appel à aux services d’un conseiller en gestion de patrimoine

FAUX, FAUX et encore FAUX.

S’il faut retenir une chose : le CGP peut intervenir dès lors que vous avez une capacité d’épargne. Il vous proposera les meilleures solutions afin de faire fructifier votre épargne dans les meilleurs conditions mais surtout avec une stratégie qui vous ressemble !

Dès que vous êtes en mesure de mettre ne serait-ce que 50 € de côté chaque mois alors BINGO !

Son suivi se fait sur le long terme ainsi il pourra répondre à vos questions telles que :

  • Comment financer les études de mes enfants ?
  • Quelles solutions pour préparer ma retraite ?
  • J’aimerai payer moins d’impôts, comment faire ?
  • Comment investir dans l’immobilier ?

Bref, il vous accompagne dans toutes les étapes-clés de la construction de votre patrimoine.

Mon expérience avec la gestion de patrimoine

J’ai pris rendez-vous il y a quelques semaines avec une CGP (très sympathique d’ailleurs je pourrais vous donner son contact si vous le souhaité 😉). J’ai moi-même découvert qu’il était possible de faire des opérations assez intéressantes.

Dans un premier temps, elle a réalisé un diagnostic de l’ensemble de nos avoirs : épargne, livret, patrimoine immobilier, bourse, etc…

Lors du second rendez-vous, elle nous a proposé une solution d’investissement assez intéressante d’abord pour notre fils puis une autre pour réinvestir l’argent des loyers que nous encaissons chaque mois. Au final, je commence à toucher du bout du doigt mon rêve de liberté! 🤩

Le produit financier qui m’a clairement impressionnée a été l’assurance vie. Non pas que je ne le connaissais pas, mais je n’avais jamais vraiment compris comment l’utiliser. Chaque mois, un versement vient faire grossir le capital de l’assurance vie. Et chaque année, un rendement connu à l’avance vient faire grossir ce dernier par l’intermédiaire d’intérêts. Au fil du temps, les intérêts gagnés chaque année grossissent jusqu’à représenter une somme qu’il sera possible de se verser chaque mois sous forme de rente! Et cela à l’infini !

le CGP vous aidera à choisir les placements financiers qui vous ressemblent
le CGP vous aidera à choisir les placements financiers qui vous ressemblent

Mon conseil

Faites le point sur vos finances et si vous avez envie de construire quelque chose à transmettre ou d’un jour avoir un moyen de changer de vie : n’hésitez pas et faites appel à un conseiller en gestion de patrimoine.

Dernière information et pas des moindres : la plus part du temps c’est complètement gratuit puisque ce dernier se rémunère par les commissions versées par les organismes dont il propose les produits ! Vous avez tout à y gagner!

« Older posts

© 2022 Libre en 3 ans

Theme by Anders NorenUp ↑